picto

+33 (0)2 96 60 27 27

picto

resa@hotel-edgar.fr

picto
du 13 au 18 aout

Doyen des fêtes bretonnes, le Festival de la danse et de la Saint-Loup ne manque toujours pas d’appétit. Cent soixante ans après ses premiers pas, le vieux loup de mer a toujours toutes ses danses.

Alan Stivell, The Silencers, le duo infernal composé par Jean-François Quéméner et Denez Prigent… Sans oublier les deux mille cinq cent sonneurs, danseurs et artistes du monde celtique. Voilà une fête qui, malgré ses cent soixante printemps, revendique toujours une faim de loup.
Qu’il semble loin le temps où la Saint-Loup se résumait à un grand bal dans la prairie, non loin du château de Runvarec. Le début des festivités, avant de prendre la direction de la place du centre, à Guingamp. Loin, l’édition de 1863, menée à un train d’enfer à l’occasion de l’inauguration de la ligne Paris-Guingamp. Ou celle, gonflée à l’hélium, donnée pour l’ouverture de l’usine à gaz, en 1893. Nous sommes au 21e siècle, mais la Saint-Loup n’a pas oublié ses origines : à la mi-août, chaque été depuis 1957, elle sert d’écrin au concours national des danses bretonnes organisé par l’association Kendal’ch. Si la France appartient à ceux qui se lèvent tôt, la Bretagne, elle, appartient plus que jamais aux louveteaux.